De la transition à la nouvelle assemblée nationale, notre pays avance !

centrafrique-assembleenationale-meckassoua-e1462898769860.jpg

L’élection, vendredi dernier, de Karim Meckassoua à la présidence de l’Assemblée nationale est une nouvelle étape importante dans le renouveau de la République Centrafricaine. Après 26 mois de transition politique menés par Catherine Samba-Panza, notre pays poursuit sa reconstruction avec Faustin Archange Touadéra et un gouvernement capable de mener les réformes nécessaires.

Je tiens à saluer cette évolution positive après trois années si difficiles. Elle est le fruit du travail de nombreuses personnalités qui ont su oeuvrer ensemble pour ramener une certaine stabilité en Centrafrique. En ce sens, il est important de remercier les autorités de la Transition pour leur action qui a permis le retour à la légalité constitutionnelle.

En acceptant de ne pas prendre part aux élections, elles ont offert à la nation la possibilité d’élaborer en toute indépendance et de manière concertée un projet de Constitution qui a été approuvé par le peuple centrafricain. Ainsi, ce texte prévoit des dispositions innovantes pour moderniser la gouvernance et consolider la démocratie. Les créations d’une Haute Autorité de la Bonne Gouvernance et d’une Haute Cour de Justice sont notamment à souligner.

Enfin, j’ai une pensée particulière pour la Cour Constitutionnelle de Transition qui, par sa mission de vérification et de contrôle de la régularité des opérations électorales, a joué un grand rôle dans le retour du processus démocratique. L’histoire retiendra que ces hommes et ces femmes en toge, qui ont accepté d’incarner la justice centrafricaine dans une période aussi sensible, ont fait preuve de courage, de professionnalisme et de patriotisme.

Merci, donc, à tous ces acteurs qui se sont engagés pour redresser la République Centrafricaine. A présent, les élus du peuple vont pouvoir reconstruire sur de nouvelles bases et toutes les forces vives du pays sont prêtes à les accompagner.